Restauration étrier AR

     

 

  Durée : 3h
  Difficulté : 3/5

 

 

  Voilà ce que j'appelle un étrier grippé, sans un minimum d'outillage, jamais il ne sortira.  

   

 

  Hier soir je l'ai badigeonné de WD40.

Mode opératoire.
Je me muni d'une vielle durite que j'ai sectionné et je la connecte à l'étrier.
Ne pas oublier de bien fermer les 2 vis de purge.
 

   

 

  Retenir l'un des deux pistons avec une sangle à cliquet sur le côté externe et pratiquer une retenue à l'intérieur avec une clé.
Ceci évitera que les deux pistons sortent simultanément.
 

   

 

  Connecter le compresseur sur l'embout de la durite et laisser agir. Ici il n'est pas franchement venu d'un coup. Il était bien bien bloqué. Au départ j'étais à 5 bars, kedal. Je suis monté à 8 bars et puis au bout d'un moment je l'ai vu bouger un peu. Je conseille à ce moment précis de couvrir l'étrier d'un chiffon et protéger le dessous. Lorsque le piston se libère toute l'huile qui se trouve derrière est projetée ... à 8 bars !!!

Donc le piston sort avec un gros bruit style bouteille de champagne...
C'est le moment de déguster une petite bière fraiche bien méritée !


Le voilà le vilain :
 

  ...  

 

  Ensuite sortir votre le WD40 et un petit bout de papier de verre, grain très fin, ou bien de la laine de fer 000.  

   

 

  Pour obtenir ceci :  

   

 

  Préparer ses paquets de joints neufs (il faut deux paires)  

   

 

  Ensuite, j'ouvre l'étrier en deux. Ce n'est pas une obligation mais je préfère. C'est plus confortable pour positionner correctement les joints et le nettoyage en profondeur. C'est plus chiant et plus long, quoiqu'en laissant monté il faut avoir travaillé comme équilibriste chez Bouglione pour bien réussir à les positionner...
Au choix, il vaut mieux sacrifier ce temps un peu plus long et avoir un bon résultat.
 

   

 

  Sortir le joint HS, bien nettoyer à l'essence puis soufflette.
Les joints ne sont pas super facile à mettre en place. Je me suis aidé avec un peu de graisse.
 

  ...  

 

  Re-nettoyer l'ensemble, essence soufflette, etc. jusqu'à ce que ce soit super propre. Remettre de la graisse propre sur les joints toriques montés et le piston pour l'aider à rentrer, style papa maman. Repositionner le piston dans son emplacement, bien centrer car ça part vite de travers et là on peut endommager les joints. Je l'ai fait dans mon étau, pas pensé à faire une photo, j'étais concentré, désolé...

Recomposer l'étrier puis procéder de la même manière pour le second piston.

Pour la suite je suis allé un peu plus loin car il était bien cracra. J'ai dégraissé, poncé puis repeint tant qu'à faire.
 

   

 

  Plus une petite touche perso, ça va claquer une fois remonté !
Il me restait une pastille décorative Yamaha existante sur certains modèles XJ900, j'aimais bien.
 

   

 

  Et voilà le travail.
J'attends mes plaquettes qui arriveront lundi normalement.
 

   

 

  Je passe sur le montage des plaquettes et la purge, il y a déjà des tutos traitant ces sujets...  

 

 

  Un grand merci à Pascal (du forum) pour la réalisation de ce reportage photos.
Si vous avez des questions ou des remarques concernant cette opération, n'hésitez pas à venir les poser sur le Forum
 

 

  RETOUR PAGE PRECEDENTE